Le comptage du omer

Orge
Orge

Signification du compte du omer, sfirat haomer

ספירת העמר

Le processus de sanctification

Télécharger en bas de la page le calendrier à découper, et le tableau des midot 

Le mot omer, עמר, signifie « gerbe ». C’est aussi une quantité.

Et l’Eternel parla à Moshé, disant, Parle aux fils d’Israël, et dis–leur, Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne et que vous en aurez fait la moisson, vous apporterez au sacrificateur une gerbe, un omer des prémices de votre moisson ; et il tournoiera la gerbe devant l’Eternel, pour que vous soyez agréés ; le sacrificateur la tournoiera le lendemain du sabbat. Et le jour où vous ferez tournoyer la gerbe, vous offrirez un agneau sans défaut, âgé d’un an, en holocauste à l’Eternel ; –Et vous compterez depuis le lendemain du sabbat, depuis le jour que vous aurez apporté la gerbe, omer, עמר, de l’offrande tournoyée, sept semaines ; elles seront complètes, vous compterez cinquante jours jusqu’au lendemain du septième sabbat, et vous présenterez à l’Eternel une offrande de gâteau nouvelle ; vous apporterez de vos habitations deux pains, en offrande tournoyée ; ils seront de deux dixièmes de fleur de farine ; vous les cuirez avec du levain, ce sont les premiers fruits à l’Eternel. Lévitique 23:9-13 ;15-17

Immédiatement après le second jour de Pessa’h, considéré comme un Shabbat, ou après le Shabbat réel suivant les sources, après avoir apporté le omer des prémices, il nous est commandé de compter cinquante jours, 7 semaines. 

Cette gerbe ou omer, est l’image de la Résurrection du Seigneur :

Mais maintenant le Machia’h a été ressuscité d’entre les morts, prémices de ceux qui sont endormis. 1 Corinthiens 15:20

Cette gerbe était constituée d’orge, et la prochaine offrande qui devait être apportée à l’issu des sept semaines, était de blé :

C’est un SYMBOLE D’EVOLUTION ET DE MATURITE

L’orge est premièrement une céréale qui se récolte plus tôt et aussi une céréale moins évoluée que le blé. L’offrande de gâteau de blé symbolise le résultat d’une maturation spirituelle acquise par un processus de purification. 

Ces sept semaines correspondent donc à sept semaines de purification. Ce n’est pas un compte à rebours mais croissant au contraire qui souligne une ascension.

D’après la Tradition, les Juifs étaient descendus jusqu’au 49ième degré d’impureté pendant toutes ces siècles passés au contact de l’idolâtrie égyptienne et ils n’étaient pas prêts pour recevoir la Thora. Un processus de nettoyage et de sanctification était nécessaire et c’est ce que nous enseigne le compte du omer.

L’Exode est mentionné cinquante fois dans la Thora et correspond aux cinquante degrés de purification nécessaire pour la réception de la Thora le cinquantième jour. [1]

Ces 49 jours, correspondant à 49 étapes, sont franchis jour après jour, et cette ascension vers le trône de sainteté nous est révélée par le rêve que Yaakov avait fait lors de sa fuite devant son frère Esav. Une échelle montait vers le ciel et D.ieu l’invitait à gravir les échelons un à un. 

C’est en Yéchoua et par l’action de Son Esprit que nous pourrons aussi franchir les échelons de la sanctification :

Nathanaël répondit et lui dit, Rabbi, tu es le Fils de Dieu ; tu es le roi d’Israël. Yéchoua répondit et lui dit, Parce que je t’ai dit que je te voyais sous le figuier, tu crois ? Tu verras de plus grandes choses que celles–ci. Et il lui dit, En vérité, en vérité, je vous dis, Désormais vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu montant et descendant sur le fils de l’homme. Jean 1 :50-52

A l’issu du décompte de l’ omer, c’est la fête de Chavouot, la réception de la Thora qui correspond au jour de la Pentecôte où les disciples reçurent le don du Roua’h Hakodech, du Saint Esprit qui leur permis de recevoir cette Thora gravée sur leurs cœurs.

Ces sept semaines représentent le cheminement spirituel qui nous conduit à porter les fruits du Roua’h Hakodech, destinés à transformer notre vieil homme et faire de nous des êtres matures, remplis de sagesse, semblables à Lui :

Mais le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur, la tempérance, contre de telles choses, il n’y a pas de loi. Galates 5:22-23

Nous retrouvons ce décompte de sept semaines ou périodes dans le compte des sept années, la septième étant une année sabbatique ou Chmitah. Au bout de sept cycles d’années sabbatiques,  qui nous donnent un total de 49 ans, la cinquantième est appelée, l’année du Jubilé, le Yovel, l’année de liberté et où chacun retrouve l’héritage de ses pères. 

Pessa’h nous délivre mais ne nous rend pas encore matures, il nous faut être éduqués et renouvelés dans la pensée divine pour pouvoir devenir ce peuple de D.ieu qui en est à la viande et non plus au lait. 

Dans les Maximes des Pères, nous retrouvons une Michna qui nous enseigne qu’il faut quarante huit voies pour acquérir la Thora : 6 :6 [2]

La Torah est plus grande que la prêtrise et que la royauté. Car la royauté est acquise grâce à trente formes de perfections et la prêtrise grâce à vingt-quatre, tandis qu’il en faut quarante-huit pour acquérir la Torah, à savoir :

  • Par l’étude : 

Que la parole du Machia’h habite en vous richement, – en toute sagesse vous enseignant et vous exhortant l’un l’autre, par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels, chantant de vos coeurs à Dieu dans un esprit de grâce. Colossiens 3:16 [3]

  • Par une écoute attentive : 

Mais mettez la parole en pratique, et ne l’écoutez pas seulement, vous séduisant vous–mêmes. Jacques 1:22

  • Par la disposition des lèvres :

Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange. Psaumes 51:15

  • Par le discernement du cœur :

Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, qui, par le fait de l’habitude, ont les sens exercés à discerner le bien et le mal. Hébreux 5:14

Citons encore, la patience, la confiance dans la Parole, l’amour du prochain, l’amour de la charité, aimant les remontrances, en ne tirant pas d’orgueil de son étude ou appel, en partageant les fardeaux de ses frères, en étudiant afin de pouvoir enseigner, etc.

Ce décompte symbolique effectué en sept semaines qui nous amène à cette sanctification afin de ressembler à Celui Qui est le Pain vivant, évoque des étapes successives dans ce processus et ces étapes sont parsemées des épreuves qu’ont subi les Bné Israël dès leur sortie d’Egypte. 

D.ieu nous appelle à la perfection et c’est en Lui que nous la trouverons, échelon après échelon :

Non que j’aie déjà reçu le prix ou que je sois déjà parvenu à la perfection ; mais je poursuis, cherchant à le saisir, vu aussi que j’ai été saisi par le Machia’h. Frères, pour moi, je ne pense pas moi–même l’avoir saisi ; mais je fais une chose, oubliant les choses qui sont derrière et tendant avec effort vers celles qui sont devant, je cours droit au but pour le prix de l’appel céleste de Dieu en Yéchoua HaMachia’h. Philippiens 3 :12-14

Pessa'h :

C’est le don gratuit, la grâce: D.ieu intervient Lui-même sans l’intervention de Moshé pour la plaie finale qui va libérer les Bné Israel. 

Les sept semaines du omer:

C’est une période symbolique avec le chiffre sept de la perfection : 49 jours pour « travailler à son salut et à sa sanctification »

Chavouot

Le cinquantième jour, c’est le Jubilé, la liberté glorieuse des enfants de D.ieu : la Thora est gravée sur les coeurs, et va produire des hommes et des femmes faits à la stature du Messie !

Puissions-nous être transformés de gloire en gloire et être l’Epouse pure et sans tâche qu’Il attend !

Célébration de la fête :

Le compte du omer commence le lendemain de Pessa'h  pendant 49 soirs et le cinquantième c’est Chavouot, la réception de la Thora.

Nous sommes appelés à compter chaque jour ce omer :

ברוך אתה  יהוה אלהינו מלך העולם אשר קדשנו במצותיו וצונו על ספירת העמר

Baroukh ata Hashem éloheinou, melekh haolam, acher kidéchanou bémitsvotav  vé tsivanou al sfirat haomer

Sois béni, Ô Hashem, notre D., Roi du monde, Qui nous a sanctifiés par Ses commandements , et nous a ordonné de compter le omer. Aujourd’hui, un jour de l’omer puis deux puis trois etc.

Cette prière est suivie par la lecture du Psaume 67 qui est composé de 49 mots (en hébreu en tenant compte de la liaison de certains mots).

Nous vous encourageons à compter les jours et à méditer sur les étapes de la sanctification qui ouvrent notre cœur à Sa parole !

Vous pouvez vous procurer le livre sur les Pirqé Avot en cliquant ici.

'Hag Samea'h   Bonne Fête!

חג שמח 

Copyright © 2006 Tous droits réservés Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, sans l’autorisation préalable écrite du directeur de la publication. 

  Faire un don pour soutenir la vision 

AttachmentSize
Orge93.85 Ko
Calendrier à découper.PDF214.14 Ko
Tableau des midotes. PDF112.97 Ko

Copyright 2009 Tous droits réservés